La correction d’Elodie Llorca

La correction, Elodie Llorca, 2016, éditions Rivages.

Ce roman vaut le détour pour son glissement progressif et maîtrisé vers l’absurde ou le fantastique, quelque-part entre les deux ?

C’est l’histoire de François, correcteur professionnel, qui doit effacer les coquilles qui le cernent. Ce que je trouve intéressant en particulier, c’est la question de la perception, de comment on interprète les signes autour de nous, est-ce qu’ils ont un sens commun pour nous dévoiler un message, ou est-ce que cela se passe uniquement à l’intérieur de nous ? Et comment on transpose ses émotions sur ce qui nous entoure.

Ce récit m’a fait penser à Ionesco (le voyageur sans bagages pour le côté absurde) et Steinbeck (rien à voir sauf le petit animal dans la poche), alors qu’il serait plus naturel de penser à Kafka sans doute. Cela fait longtemps que je n’avait pas lu de texte de ce genre…

A qui conseiller ce livre ? A ceux qui aiment les mots, les jeux de mots, les histoires à la limite du réel, et à tout le monde en fait, ce court roman se lit rapidement, pas le temps de s’ennuyer !

Comme l’oiseau est au coeur de l’intrigue, le voici en haut de l’article !

Crédit image : Cincle à gorge rousse (1889), Argentine ornithology, A descriptive catalogue of the birds of the Argentine Republic.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s