Le trésor de la Licorne

Cette semaine, j’ai relu deux volumes des aventures de Tintin et Milou : Le secret de la Licorne et Le trésor de Rackham le rouge.

Je « subis » parfois la musique de l’adaptation télévisée de ces aventures quand les enfants les regardent. Alors, depuis quelques temps, je voulais me refaire une opinion et des impressions sur la lecture de la BD originale.

Ce sont vraiment deux titres typiques de la série, avec tous les personnages emblématiques, et une chasse au trésor sympathique. Ce qui contribue au plaisir de la lecture pour moi, c’est, peut-être avant tout, la poésie du capitaine Haddock : quand après un florilège de mots oubliés du dictionnaire il enchaîne sur des vers de Lamartine. Ce n’est pas un « Flibustier de carnaval » !

Hasard du calendrier, ce matin, dans Interactiv’ sur France Inter, c’est le petit-fils de Tournesol qui était interviewé ! Enfin, plutôt, celui du professeur qui a inspiré à Hergé : Bertrand Piccard, l’initiateur du projet Solar Impulse. Il a évoqué à la radio son grand-père Auguste Piccard (le sosie de Tournesol donc).

Un truc qui m’intrigue : dans Le trésor de Rackham le rouge, paru en 1943, le professeur Tournesol présente son « appareil à explorer le fond des mers […] c’est un espèce de petit sous-marin. Il est équipé d’un moteur électrique et est muni de réservoirs d’oxygène pour deux heures de plongée ». Or, on retrouve sur plusieurs sites internet que « Le mot bathyscaphe, inventé par le professeur Piccard en 1946, vient du grec bathus (profond) et de skaphos (barque). Il avait utilisé dans un premier temps le mot thalassosphère pour nommer son invention. » et que Piccard avait mis en service son engin en 1948. Tournesol était donc en avance sur Auguste Piccard !

A propos du trésor de la Licorne : je me suis amusée à regarder le lieu de la supposée épave sur Google Map. Au risque de spoiler l’enquête de Tintin : les coordonnées indiquées dans Le secret de la Licorne sont 20°37’42″N, 70°52’15″W. Dans le tome suivant, on comprend que le méridien de référence a changé entre l’époque du naufrage de la Licorne (1698) et celle de l’enquête de Tintin (1943). Aujourd’hui on considère le méridien de Greenwich. A l’époque, d’après Hergé, on utilisait le méridien de Paris, 2 degrés plus à l’est (en réalité 2°20’13.82″ plus à l’est), ce qui donnerait 20°37’42″N, 68° 32’1″W. Je vous ai perdus ? Voici la position possible :

carte_tintin3

Mais, ensuite, en voulant savoir si la Licorne avait vraiment existé (voir la page wikipédia), on se rend compte que Hergé s’était lui-même trompé de Méridien, et qu’à l’époque de l’ancêtre de haddock, on utilisait le méridien de Ferro ou de l’île de Fer, autrement dit Les Canaries. Cela correspondait dans l’antiquité (époque du géographe Ptolémée, j’en reparlerais dans la série sur Rhodes) à la limite Ouest du monde connu et donc toutes les longitudes étaient positives, bien pratique… Ce méridien de Ferro est situé à 17°39’46.02″ du méridien de Greenwich. Ce qui donnerait pour la position du trésor: 88°32’01″W. Mais là on tombe au Mexique…

Donc, au final, c’est cela que je retiens de Tintin : le pouvoir de nous faire disséquer ses aventures après avoir reposé le volume !

Publicités

Polars du terroir

Envie de dépaysement et de lecture de polars ce week-end ? Alors précipitez-vous sur le recueil « Polars du terroir ». Il est téléchargeable gratuitement sur le site de Librinova, Amazon, nolim, Kobo, etc…

couv_polar_terroir

Ma nouvelle « Le venin du Layon » fait partie de la sélection, direction l’Anjou, à côté d’autres enquêtes qui mettent la Bretagne et la Bresse à l’honneur !

Stylo numérique (3) STAEDTLER 990 01

3… 2… 1… C’est parti, un test en direct live, avec en photos l’article original écrit sur un cahier standard, puis la transcription à l’écran. Je vous retrouve en bas de l’article pour quelques commentaires.

Voici d’abord la page écrite en mode « en ligne », c’est à dire avec le boitier clipsé en haut du bloc note et branché par USB au PC.

test3b

test3a

Ce qui apparaît à l’écran dans le logiciel Mobile Note Taker :

test3

Puis la conversion dans le logiciel MyScript Studio Notes Edition :

test3bis

Et enfin, un copier coller du résultat (après remaniement, cause capteur penché). les mots soulignés ont été mal reconnus :

Recommençons au début. Si je me suis intéressée au stylo numérique c’est 1) par curiosité 2) pour éviter de recopier au clavier des notes de réunion 3) pour passer moins de temps devant un écran quand j’ai envie d’écrire des pages (je pense au NaNoWrimo) 4) parce que l’interaction papier-numérique m’intéresse.

Si j’ai fini par franchir le pas de l’achat, c’est grâce à une offre du stylo STAEDTLER 990 02 (un vieux modèle-2010 ?-depuis il y a le 990 02 à 30 € sur ebay. A ce prix et d’après les commentaires, j’imaginais qu’il y avait un lézard, mais au moins je pourrais tester le concept.

J’ai commandé le stylo en janvier (le 23). Je l’ai reçu sous quelques jours, il y a environ une semaine. L’aspect du produit est bien, belle qualité. L’écriture manuelle est OK, quasi un crayon normal. L’installation des 2 logiciels nécessaires s’est passée sans encombre sous windows 7.

Ma page est penchée-mauvais  positionnement du capteur sans doute. Le capteur… (‘est lui que j’ai dans le colimateur. Pause – Et on reprend au même endroit, yes ! Pour le capteur, tout allait bien sauf quand après 3 heures (recommandées) puis une nuit de chargement,, il n’a jamais voulu se charger ni fonctionner hors ligne. Donc j’avoue, déçue, je l’ai laissé pendant une semaine dans son ‘plumier ». Je le ressors aujourd’hui pour tester le mode « en ligne ».

La transcription s’est arrêtée ici, il me restait trois lignes en bas de page non utilisées car trop loin du capteur. La reconnaissance d’écriture (options choisies : cursive, en français) est franchement bluffante ! Je n’écris pas trop mal quand je m’applique, mais le logiciel n’a fait que quelques erreurs (il n’a pas corrigé mes fautes de français, faut pas rêver non plus). J’ai eu un problème avec le capteur posé légèrement de travers, je dois trouver la technique pour qu’il soit correctement placé la prochaine fois…

En conclusion pour ce premier test :

  • le plus embêtant, c’est que la batterie du capteur soit hors-service et a priori non accessible. Le boitier ne semble pas démontable. Donc bye bye le mode « hors ligne ».
  • Par contre, l’objet reste prometteur pour l’interaction papier/écran ! Je pourrais l’utiliser avec un windows 7 (ou plus récent) à proximité…

Je posterai à nouveau sur le sujet s’il y a questions ou commentaires.

PS : Pour les news de dernière minutes sur le sujet : bientôt la sortie de l’IRISNote3 !

La correction d’Elodie Llorca

La correction, Elodie Llorca, 2016, éditions Rivages.

Ce roman vaut le détour pour son glissement progressif et maîtrisé vers l’absurde ou le fantastique, quelque-part entre les deux ?

C’est l’histoire de François, correcteur professionnel, qui doit effacer les coquilles qui le cernent. Ce que je trouve intéressant en particulier, c’est la question de la perception, de comment on interprète les signes autour de nous, est-ce qu’ils ont un sens commun pour nous dévoiler un message, ou est-ce que cela se passe uniquement à l’intérieur de nous ? Et comment on transpose ses émotions sur ce qui nous entoure.

Ce récit m’a fait penser à Ionesco (le voyageur sans bagages pour le côté absurde) et Steinbeck (rien à voir sauf le petit animal dans la poche), alors qu’il serait plus naturel de penser à Kafka sans doute. Cela fait longtemps que je n’avait pas lu de texte de ce genre…

A qui conseiller ce livre ? A ceux qui aiment les mots, les jeux de mots, les histoires à la limite du réel, et à tout le monde en fait, ce court roman se lit rapidement, pas le temps de s’ennuyer !

Comme l’oiseau est au coeur de l’intrigue, le voici en haut de l’article !

Crédit image : Cincle à gorge rousse (1889), Argentine ornithology, A descriptive catalogue of the birds of the Argentine Republic.

L’enchanteresse de Florence

Tentative de note de lecture qui fasse plus de deux lignes. Je ne vise pas une embauche dans une revue littéraire distinguée, mais je m’entraîne pour les opérations Masse critique de Babelio.

rushdie2

L’enchanteresse de Florence, Salman Rushdie

Le titre invite déjà au voyage et au rêve. J’aime ce type d’histoire à cheval entre orient et occident, à des siècles de nous, avec des personnages qu’on aimerait interviewer en coulisse pour qu’ils nous dévoilent ce que l’auteur ne nous dit pas, qui nous emmènent dans leur sillon pour partir à la recherche de leur identité.

Pour moi, c’est à la fois la découverte de l’histoire d’Akbar et de Salman Rushdie et son style érudit mais accessible. On est bercé entre réalité historique et onirisme.

A qui recommander ce roman où l’on croise des personnages incroyables, de Akbar à Dracula, de Machiavel à Qara Koz, qui reste quand même la plus mystérieuse ? Aux amateurs de romans historiques, de contes ou de dépaysement oriental !

Crédit photo : détail de la couverture du roman

Le tour du monde en 40 jours

Arrivée ce midi du maxi-trimaran de Francis Joyon et ses coéquipiers dans la rade de Brest ou comment la vitesse des monocoques a quasi doublé en 24 ans.

En 1993, Bruno Peyron avait relevé le défi en 79 jours et Francis Joyon vient de le boucler en 40 jours.

around_the_world_in_eighty_days_by_neuville_and_benett_02

Crédit image : « Le tour du monde en quatre-vingts jours », Alphonse de Neuville & Léon Benett, 1872

 

Stylo numérique (2) le retour

Il y a deux ans, j’ai établi une liste de quelques stylos numériques disponibles sur le marché. Ce blog est resté quasi inactif depuis. D’après les statistiques WordPress, l’article a eu environ 1500 visiteurs en deux ans, soit deux par jour. Donc je ne suis pas seule intéressée par ce gadget ;-).

Alors, grande nouvelle, je viens de commander un Staedtler 990 01 ! Je devrais le recevoir ces jours-ci, je posterai mes tests sur ce blog.

En attendant, ce matin, dans ma grande surface préférée, enfin la plus proche, je suis tombée sur ça :

bunsinesspen1

Ce business pen Urban Factory n’est pas un stylo numérique au sens interaction avec un écran. Les fonctionnalités de l’objet sont conformes à l’étiquette, un stylo 3 en 1 : stylo classique + clé USB + stylet.

Le stylo classique a une pointe fine, voir le rendu ci-dessous. La mine se rétracte en tournant le bout du stylo. J’ai rapidement testé le stylet sur un ipad, c’est moins pratique que le doigt (je n’ai pas l’habitude des stylets). La clé USB marche nickel (test sous linux), pas besoin de pilote d’installation.

Concernant la solidité du produit, j’ai commencé par le faire tomber en le déballant (sans le vouloir, sur du parquet), il ne présente pas de séquelles apparentes. L’ouverture et la fermeture du stylo pour utilisation de la clé USB demande au début un peu de force. Mais après quelques manipulations, c’est plutôt une force, car la clé USB est bien protégée du l’intérieur du stylo.

Jusqu’ici je ne regrette donc pas mon achat. Ce « business pen » coûte 16 euros dans la grande surface, alors qu’il est commercialisé 30 euros en ligne.  Pour le prix d’une clé USB, j’ai aussi un stylo et un stylet à portée de main.

businesspen2a

N’hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions, j’essaierai d’y répondre.